Ce sont maintenant... ...de véritables escadrilles de soucoupes volantes qui survolent la Yougoslavie, l'Autriche et la Hollande...

26 octobre 1954
Ce sont maintenant... ...de véritables escadrilles de soucoupes volantes qui survolent la Yougoslavie, l'Autriche et la Hollande...
BELGRADE, 26. - AFP. - Des escadrilles de «soucoupes volantes» sont signalées au-dessus de la Yougoslavie.

Les témoignages se sont multipliés brusquement dans la presse et la radio yougoslaves d'hier. Les correspondants des journaux de Zagreb, Belgrade, Sarajevo, Ljubljana et d'autres villes des différentes républiques signalent que toutes sortes d'objets étranges volant à haute altitude, à grande vitesse et quelquefois en formations, ont été observés dans l'atmosphère, ellipses incandescentes, boule de feu et cendriers lumineux.

La presse yougoslave qui, jusqu'ici, n'avait accordé que peu de place aux apparitions de cet ordre, signalées dans le monde entier, et les avait accueillies avec scepticisme, consacre de longs articles à cette «invasion» fantastique. «Soucoupe volantes ou... ?» titre «Politika», le plus grand journal yougoslave, qui fait différentes hypothèses pouvant expliquer l'apparition de ces engins volants.

Soucoupes, cigares et boules!
LA HAYE, 26. - AFP. - Après une longue absence, les soucoupes sillonnent de nouveau le ciel des Pays-Bas. C'est surtout dans le nord-est du pays que des témoins ont signalé l'apparition de soucoupes, cigares et boules volantes, qui, selon eux se déplaçaient à grande vitesse vers l'ouest, avec de brusques changements de direction.

Un objet «terminé par un panache de flammes»
VIENNE, 26. - AFP. - Hier, en Autriche, des milliers de personnes ont vu des engins mystérieux traverser le ciel au-dessus de Vienne, de Graz et du Burgenland, province orientale d'Autriche.

La station météorologique de Vienne affirme, pour la «soucoupe» apparue au-dessus de la capitale, qu'il ne s'agit pas d'un ballon-sonde, mais d'un objet «terminé par un panache de flammes», volant à une vitesse extraordinaire, d'ouest en est, sans faire le moindre bruit. Au-dessus de Graz, il se serait agi d'une boule vert-bleu, terminée à l'arrière par une pointe, et qui volant à l'altitude de 3 à 4 mille mètres. Le même engin a été aperçu par de nombreux témoins, au-dessus des localités de Judenburg et de Wildon, en Styrie.

Enfin, dans le Burgenland, les soucoupes volantes, aux dires des spectateurs, avaient la forme d'une boule bleu-rouge, cette fois, et qui volaient horizontalement et silencieusement en direction de la Hongrie.

Un ouvrier des Vosges a parlé en russe avec le pilote d'une soucoupe volante!...
EPINAL, 26. - Les soucoupes volantes viennent-elles finalement de derrière le rideau de fer? La thèse mise en avant par beaucoup depuis longtemps, qui en fait des engins de reconnaissance soviétiques, a été renforcée hier par le témoignage d'un Tchèque établi dans les Hautes-Vosges.

Louis Ujvari, 40 ans, ouvrier d'usine à Saint-Rémy, se rendait à son travail, vers 2 h. 30 du matin, lorsqu'il rencontra, a-t-il raconté, un individu armé d'un revolver, qui s'adressa à lui dans une langue inconnue.

Ujvari parle plusieurs langues; il proposa le russe et eut la surprise d'entendre son interlocuteur lui poser dans cette langue plusieurs questions: l'inconnu demanda où il se trouvait, fit situer l'endroit exact, demanda l'heure, observa que cette heure - 2 h. 30 - ne correspondait pas avec la sienne - 4 h. - et ordonna finalement à l'ouvrier de s'en aller.

L'homme était de forte corpulence. Taille environ 1 m. 65. Il portait une combinaison d'aviateur et des chaussures ferrées.

Alors que l'ouvrier avançait, précédant son interlocuteur, toujours armé, de quelques pas, il vit, posé sur la route un objet étrange, ressemblant à deux assiettes retournées l'une sur l'autre. Il en émergeait une sorte de périscope. L'engin avait 1 m. 60 de hauteur sur 2 m. 50 de diamètre.

L'inconnu dit alors en russe au revoir et repartit vers son appareil.

Ujvari put suivre le mystérieux engin sur environ cinq cents mètres, puis ensuite le perdit dans la nuit.
L'ouvrier revint alors à l'endroit où était l'engin, mais il ne découvrit aucune trace.

Hier, après avoir longtemps hésité, il fini par aller voir le maire de sa localité, auquel il fit le récit de son avanture.

Une enquête a été aussitôt ouverte, à laquelle participent deux commissaires des renseignements généraux, qui ont, aujourd'hui, longuement interrogé M. Ujvari.
Source: 
L'Impartial

Pas encore de compte? Inscrivez-vous!

Soutenez le projet en demandant un accès personnel. En plus d'assurer la pérennité du projet, vous bénéficierez de plein d'avantages.
> En savoir plus