Le mystère des bombes volantes sur la Suède

14 août 1946
Le mystère des bombes volantes sur la Suède
Stockholm, 13 août. - Selon certains renseignements provenant de Berlin, les Russes auraient découvert dans leur zone d’occupation en Allemagne une nouvelle arme du type « V » que les Allemands n’auraient pas eu le temps de mettre au point avant la fin de la guerre. Les ingénieurs russes auraient repris les expériences, avec la collaboration de spécialistes allemands dont plusieurs avaient travaillé, auparavant pour la Wehrmacht.

On peut faire un rapprochement entre ces faits et les informations provenant de Stockholm signalant presque quotidiennement le passage de projectiles mystérieux dans le ciel suédois. Les milieux officiels de Suède se refusent à donner la moindre indication sur la provenance de ces projectiles, mais on pense qu’ils sont lancés de la côte allemande de la Baltique. On croit savoir, en effet, que les expériences entreprises par les Russes avec les armes « V » se déroulent principalement dans la région de Penemünde. Des personnalités militaires suédoises ont declaré « qu’une puissance se sert du territoire suédois comme zone d’essai pour des experiences sur des fusées dirigées à distance ». Toutes les informations parlent de grosses fusées diffusant une lumière bleue aveuglante. Pour la première fois, on en a observé dans l’île d’Aaland.

Depuis le début du mois passé, il ne se passe pas un jour sans que les journaux suédois ne mentionnent le passage de l’un de ces engins en un point ou un autre du pays. Jusqu’à présent les autorités militaires ont reçu plus de 300 rapports.

Selon certains renseignements, il semblerait que ces fusées soient munies d’un système d’auto-destruction car certaines ont été vues explosant en l’air.

En revanche, on ne sait pas ce que deviennent les autres. Tombent-elles en mer ou regagnent-elles leur point de départ ?

Les autorités militaires suédoises ont constaté que certains de ces projectiles parcouraient plus de 1000 kilomètres au-dessus de la Suède.

Quoiqu’il en soit le mystère demeure complet. Et si l’on soupçonne fort les Russes de se livrer a des expériences interdites par les accords de Potsdam et par les récents décrets du conseil de contrôle allié, on se refuse, toutefois, à l’affirmer publiquement.
Source: 
Gazette de Lausanne

Pas encore de compte? Inscrivez-vous!

Soutenez le projet en demandant un accès personnel. En plus d'assurer la pérennité du projet, vous bénéficierez de plein d'avantages.
> En savoir plus