Les soucoupes volantes sont de retour

5 juillet 1965
Les soucoupes volantes sont de retour
Paris, 3. - (AFP) Une «soucoupe volante», montée par une sorte de nain ayant forme humaine, s'est posée, tôt vendredi matin, sur ses quatre pattes dans le champs de lavande d'un paysan des Basses-Alpes, à ce qu'est venu affirmer le propriétaire de ce champ aux gendarmes du canton.

L'home est réputé de bon sens. Et, au surplus, à l'endroit où s'est posé l'objet, la terre est creusée et comme brûlée.

Les soucoupes volantes furent d'abord des bombes. Elles s'abattirent soudain, en l'été de 1946, sur le nord de la Suède et de la Norvège. A cause du voisinage de l'URSS, l'armée suédoise prit la chose très au sérieux, et l'aviation fut renforcée.

Des fusée analogues sillonèrent le ciel de Grèce, de Turquie, d'Algérie, du Portugal, et même de Lorraine. Avec le sérieux qu'ils mettent en toutes choses, les Suèdois, après trois moi d'enquête menée par l'état-major, conclurent qu'on avait eu affaire à des météorites.

C'est seulement l'année suivante que ces parasites du ciel prirent la forme circulaire et se juchèrent sur des pattes articulées - et escamotables - à la manière des sauterelles. Le dossier des vaisseaux de l'espace a été ouvert exactement le 27 juin 1947 par le pilote américain Arnold Kenneth, qui en compta neuf dans le ciel de Washington.

Le 24 juillet de l'année suivante, le colonel Chiles, survolant l'Alabama, put fixer les dimensions et la vitesse de l'engin qu'il rencontra : 35 mètres de diamètre et 1000 kmh. Le ciel des Etats-Unis ne devait pas détenir longtemps le monopole aérien des soucoupes. On en vit bientôt partout.

Serpent de mer aérien ? Hallucinations ? Phénomène naturel comme les feux de Saint-Elme, bien connus des marins ? Appareils de reconnaissance des Martiens ? Engin réel, protégé par des brevets américains, mis au point à partir de 1942, comme certains ont cru pouvoir l'affirmer ? Toutes ces hypothèses ont été envisagées. On doit seulement constater que, depuis quelques années, les soucoupes volantes se font plus rares.

Ce sera le mérite de M. Masse d'en avoir relancé la vogue au début de cet été.
Source: 
Journal de Genève

Pas encore de compte? Inscrivez-vous!

Soutenez le projet en demandant un accès personnel. En plus d'assurer la pérennité du projet, vous bénéficierez de plein d'avantages.
> En savoir plus