Les soucoupes volantes sont-elles la cause des avalanches, des inondations et des tempêtes ?

14 janvier 1954
Les soucoupes volantes sont-elles la cause des avalanches, des inondations et des tempêtes ?
Les extraordinaires hypothèses d'un professeur lausannois

Les soucoupes volantes n'ont pas fini de faire parler d'elles non seulement en Amérique, qui détient le record d'observations de tels engins dans son ciel, mais aussi sur le vieux continent, même en Suisse où des gens, de bonne foi et reconnus normaux, affirment avoir vu passer des disques volants.

Radio-Lausanne a diffusé l'autre soir un " forum " de Roger Nordmann, au cours duquel un avis pour le moins extraordinaire a été exprimé au sujet des soucoupes par un professeur lausannois, M. Jean-Louis Nicolet, bien connu pour ses travaux et ses films de mathématiques. Selon lui, ces engins pourraient servir, non pas à des missions d'observation ou de bombardement, comme d'aucuns le pensaient jusqu'à maintenant, mais à déclencher divers phénomènes atmosphériques, tels que tempêtes, trombes, cyclones, etc., sur un territoire choisi !

J'ai pensé qu'il intéresserait les lecteurs de la N.R.L. de connaître exactement la théorie de M. Nicolet qui, je dois en convenir, s'appuie sur des observations authentiques et troublantes.

Une plaisanterie qui n'en est plus une

Tout d'abord, notons bien une chose : les " soucoupes volantes " ne font plus rigoler les Américains, et elles intriguent, plutôt qu'elles n'amusent, le public en général. Un dossier tout à fait sérieux leur est aujourd'hui consacré, qui est présentement étudié, au Pentagone, par les plus haut gradés de l'armée des Etats-Unis.

Ce document réunit de nombreux témoignages, signés non seulement par des profanes comme vous et moi, mais aussi par quelques grands noms de la science et de l'astronomie.

Plus près de nous, je relève ces propos : " Je crois aux soucoupes volantes, et ma conviction repose sur six ou sept observations scientifiques et expérimentées. Il n'est pas du tout impossible de réaliser de tels engins sur le plan terrestre. La caractéristique essentielle des soucoupes est que l'avant de ces engins giroscopiques est partout et la queue nulle part... J'admets que les soucoupes volantes peuvent très bien être dues au génie constructif de l'homme, et qu'une nation telle que les USA ou l'URSS est à même d'assumer leur fabrication. "

Qui donc donne un avis aussi catégorique ? Le professeur Alexandre Ananoff lui-même, qui n'est pas le premier venu puisqu'il cumule les titres de président central du Groupement astronautique de France, et de membre du Comité international d'astronautique. (Déclaration faite à l'hebdomadaire romand L'Illustré.)

Pour M. le professeur Nicolet, c'est moins la question de l'existence des soucoupes qui se pose que celle de leur utilité :

- A quoi pourraient servir de tels engins, me suis-je demandé. Et notre interlocuteur de développer ainsi sa pensée :

" Pour moi, la prochaine guerre - si par malheur il devait s'en produire une - serait avant tout une guerre météorologique. Car celui des deux adversaires qui a trouvé le moyen de jouer avec les éléments et de déclencher le mauvais temps à volonté, celui-là est incontestablement le plus fort.

" C'est beau de posséder le secret de la bombe H, mais encore faut-il pouvoir l'utiliser avec précision. Or, jusqu'à preuve du contraire, un avion est considérablement gêné par un temps bouché et une pluie diluvienne. Si l'ennemi connaît la base de cet avion et s'il peut provoquer au-dessus d'elle le déchaînement catastrophique des éléments, il retardera d'autant l'envoi de la bombe H vers son territoire.

C'est là que nos soucoupes entrent en jeu. "

De gigantesques toupies télécommandées

" Non, poursuit notre interlocuteur, ces " soucoupes volantes " ne sont pas des bombardiers perfectionnés. Leur forme circulaire doit servir à quelque chose, et ce quelque chose pourrait fort bien être le déclenchement de tornades, de tempêtes et de précipitations.

C'est une loi connue dans la théorie du fluide qu'un tourbillon, une fois provoqué, ne s'arrête pas de lui-même. Il suffit donc de savoir le déclencher pour produire une perturbation météorologique près du sol.

On peut dès lors fort bien imaginer que ces gigantesques toupies télécommandées que sont les soucoupes n'ont d'autre but que de perturber l'atmosphère. Les tourbillons que ces formidables engins provoqueraient seraient à l'origine des multiples fléaux dont le monde - et le monde occidental seulement - est gratifié depuis quelque temps.

Certains savants ont réussi à faire tomber la pluie à volonté, au moyen de neige carbonique. Des études très poussées sont en cours, notamment en Amérique, pour perfectionner ce système. Dès lors, pourquoi ne serait-on pas parvenu, de l'autre côté du rideau de fer, à faire mieux encore (si l'on peut dire !), en créant des tempêtes artificielles ? La Russie moderne possède d'éminents savants météorologues dont les travaux connus font autorité dans le monde scientifique. Qui nous dit que ces spécialistes n'ont pas été char-

[dessin]

gés de trouver, dans leur domaine, une parade à la bombe H et à l'avance que l'Amérique a en cette matière ?

" Pour appuyer cette hypothèse, je vous citerai quelques faits authentiques qui m'ont particulièrement frappé. "

Une variété de catastrophes sans précédent

M. Nicolet a dressé une liste impressionnante de toutes les catastrophes naturelles, telles que tornades, cyclones, typhons, inondations qui se sont abattues sur notre planète depuis quatre ans seulement. Le tableau est vraiment inquiétant.

Les sceptiques objecteront sans doute que, dès la plus haute antiquité, le monde a connu de semblables phénomènes atmosphériques. Certes, mais jamais - au grand jamais - ces fléaux ne se sont succédé à une cadence aussi rapide !

" Je vais même plus loin, ajoute notre interlocuteur en consultant une liste dûment établie; j'ai noté ces derniers temps de curieuses coïncidences entre ce déchaînement des éléments et certains événements politiques. Ainsi, par exemple, l'Espagne a signé récemment un accord militaire avec les Etats-Unis selon lequel ce pays pourra utiliser certaines bases aériennes nommément désignées. Or, le lendemain de cette signature - le lendemain même et non deux ou trois jours plus tard ! - des pluies diluviennes causaient de gros dégâts dans le secteur intéressé !

" Autre exemple : les Anglo-Américains décident d'abandonner Trieste au profit des Italiens. Le lendemain même de cette déclaration lourde de conséquences, la

[photo]

M. Jean-Louis NICOLET
professeur

pluie provoquait de très graves inondations en Italie, dans la zone frontalière avec la Yougoslavie !

" Au moment précis où Winston Churchill atterrit aux Bermudes pour la conférence des Trois, une tornade s'abat sur les lieux mêmes de cet atterrissage.

" Enfin, le jour de l'arrivée de la reine Elisabeth en Nouvelle-Zélande, une autre tornade s'abat sur ce pays, provoquant une catastrophe ferroviaire qui fit près de deux cents morts !

" Simples coïncidences ? Peut-être. Mais pourquoi les spécialistes de Moscou ne choisiraient-ils pas certains personnages ou territoires gênants pour y exercer leurs armes météorologiques ? "

Certes, tout cela n'est qu'hypothèses - et M. Nicolet en convient - mais une chose est certaine : la guerre météorologique se prépare avec autant de fièvre et d'ingéniosité que la guerre atomique.

Les avalanches que la Suisse et l'Autriche ont subies, une première fois en 1950, et ces derniers jours encore, sont la conséquence d'une chute de neige rapide et abondante qui, par son caractère extraordinaire, semble avoir été provoquée artificiellement...

Tout comme l'énergie atomique permet des prodiges dans l'art de guérir, de construire et de prospérer dans un monde en paix, les soucoupes volantes pourraient un jour être les précieux auxiliaires des agriculteurs et des organisateurs de manifestations en plein air, en faisant la pluie ou le beau temps.

C'est le souhait que nous formulons avec M. Nicolet qui n'a pas oublié son parapluie :

- " On ne sait jamais, dit-il en souriant, avec toutes ces soucoupes !... "

J.-P. THEVOZ
Source: 
La Nouvelle Revue de Lausanne

Pas encore de compte? Inscrivez-vous!

Soutenez le projet en demandant un accès personnel. En plus d'assurer la pérennité du projet, vous bénéficierez de plein d'avantages.
> En savoir plus