Quand les Martiens viennent se promener sur la terre à bord de soucoupes volantes...

15 octobre 1954
Quand les Martiens viennent se promener sur la terre à bord de soucoupes volantes...
(réd.) - Depuis quelques jours ce ne sont plus seulement les «soucoupes volantes» qui font parler d'elles à pleines colonnes de journaux, mais leurs mystérieux équipages formés de naturels de Mars ou de quelque autre planète lointaine. Il semble qu'il s'agisse d'un vaste phénomène de psychose collective qui paraît gagner de proche en proche. L'autre jour, nous avons publié ici une dépêche de l'agence allemande D.P.A. citant le «témoignage» d'un opérateur de cinéma qui avait vu un «cigare volant» atterrir près d'Osnabrück. Aujourd'hui, ce sont des témoignages de France rassemblés par l'agence américaine United Press que nous publions. Il va de soi que nous les publions à titre documentaire, mais que nous tenons à garder nos distances à l'égard de ces «témoignages» dont on ne nous a jamais dit qu'ils avaient été contrôlés de façon à prouver leur véracité.
Il peut être vraisemblable que des êtres vivants d'une autre planète puissent venir à bord d'engins extraordinaires observer la terre de près - pareille thèse a déjà été soutenue dans ces colonnes - mais jusqu'à maintenant la preuve de l'existence réelle des «soucoupes volantes» n'a pas été faite. Les témoignages s'amoncellent mais leur étude d'un point de vue scientifique ne fait qu'à peine commencer. Nous attendrons les conclusions d'enquêtes accomplies selon ces méthodes pour nous prononcer sur la nature de ce qui paraît être pour le moment un nouveau «serpent de mer» qui doit ses origines à des excès d'imaginations ou à des souvenirs un peu trop précis de projections de films d'anticipation sortant des studios d'Hollywood.

L'avis d'un savant
Nous nous permettrons ici de citer à ce propos quelques passages d'un article paru récemment dans un hebdomadaire français, France-Observateur, sous la plume d'un attaché de recherches du Centre national de la Recherche scientifique de France et intitulé : «La science prend au sérieux les soucoupes volantes». L'auteur écrit notamment ce qui suit à propos des «témoignages» sur les «soucoupes volantes» :
«Si l'altitude, les dimensions et la vitesse des engins observés par les témoins (fussent-ils des aviateurs expérimentés) ne peuvent résulter que d'appréciations (sauf en cas d'observations au radar) et sont forcément entachées d'erreurs, l'aspect du phénomène, lui, ne varie guère, en quelques endroit qu'il ait été observé. La «soucoupe volante» est généralement décrite comme un engin circulaire, en forme de disque plus ou moins renflé au centre, semblant réfléchir la lumière solaire pendant le jour et briller pendant la nuit d'un éclat propre dont l'intensité et la couleur varient au gré des évolutions, pouvant se maintenir immobile, tomber à la façon d'une feuille morte, osciller puis démarrer à une vitesse «foudroyante» dépassant facilement celle des avions à réaction et ceci toujours sans que l'on entende aucun son.
»Le «cigare volante», plus rarement observé, avec sa rangée de hublots, sa grande vitesse, sa maniabilité plus faible et la traînée lumineuse qu'il laisse à l'arrière, ferait plus facilement penser à un engin terrestre à réaction et semblerait un peu moins que la «soucoupe» défier les lois habituelles de la propulsion.»


Deux interprétations du phénomène
L'auteur de l'article ajoute qu'actuellement il y a deux interprétations de ce phénomène: il ne peut s'agir que de phénomènes atmosphériques complexes ou d'engins ultra-terrestres.
«Si l'on admet la réalité du phénomène «soucoupe» (et il semble que ce soit la tendance actuelle, même au sein de certains milieux scientifiques), on a donc le choix entre deux interprétations; ou bien les «soucoupes» ou les «cigares» ne sont pas des engins volants, on ne leur a pas encore trouvé d'explication, mais la science en trouvera une un jour ou l'autre, ou bien ce sont des objets matériels et alors leurs propriétés évolutives sont trop révolutionnaires pour qu'il puisse s'agir d'engins fabriqués de mains de terriers (l'annonce récente de la mise au point d'une «soucoupe volante» anglaise à réaction ne modifie en rien cette conclusion).
»Dans ce cas, la terre serait surveillée depuis plusieurs années par des visiteurs interplanétaires. L'astronomie contemporaine ne nie pas que la vie puisse être répandue dans l'univers: en dehors de la Terre et au sein du système solaire, vénus et surtout Mars présentent peut-être des formes de vie, et on a décelé des planètes autour des étoiles les plus proches.»
Et l'auteur de l'article de France-Observateur conclut:
«Il est encore trop tôt pour prendre une position scientifiquement valable sur l'ensemble de ce problème, mais il devient de plus en plus difficile de nier que la science aura bientôt à s'en occuper.»
Il n'y a pas lieu d'ajouter grand chose à aussi sage conclusion, car la question «soucoupes volantes» reste entièrement posée et tout reste à faire dans ce domaine.
Source: 
Gazette de Lausanne

Pas encore de compte? Inscrivez-vous!

Soutenez le projet en demandant un accès personnel. En plus d'assurer la pérennité du projet, vous bénéficierez de plein d'avantages.
> En savoir plus