Un OVNI dans sa voiture

10 janvier 1983
Un OVNI dans sa voiture
Un Vaudois âgé de 28 ans, P. M., affirme avoir été poursuivi par un OVNI dans la région d'Echallens! L'engin, une petite boule rouge, traversant la matière, se serait même posé sur le siège arrière de sa voiture. Marié, père de famille, exerçant des responsabilités dans un service officiel, cet homme paraît tout à fait équilibré. Son aventure l'a tellement marqué qu'il a contacté l'Institut mondial des sciences avancées (IMSA) et demandé à son fondateur, Jimmy Guieu, de le soumettre à un interrogatoire sous hypnose. J. Guieu confirme que celui-ci se fera au début de février.

Mardi 21 décembre, «Paul» (appelons-le ainsi avant de pouvoir révéler sa véritable identité) circule, au volant de sa voiture, à 70 km/h. environ, à 8 km d'Echallens, direction Orbe. La route, bordée de chaque côté par la forêt, est déserte. Soudain, dans son rétroviseur intérieur, le conducteur aperçoit une boule rouge lumineuse qui va et vient à l'arrière de la voiture, extérieurement, sur toute la largeur, à une vitesse vertigineuse, en laissant des traînées. D'un diamètre qu'il estime de 12 à 15 centimètres, elle produit une lumière vive mais nullement éblouissante.
Pensant que la lueur est le reflet de sa cigarette, il l'éteint, mais la boule est toujours là! «Paul» se sent alors étrangement crispé, penché sur son volant de manière inhabituelle et incapable de tourner la tête comme il le voudrait pour voir exactement ce qui se passe.
Alors l'OVNI (!) éclaire l'intérieur de la voiture et Paul est tout à fait persuadé que la boule s'est posée, quelques instants, sur le siège arrière. Ensuite, il ne se souvient plus de rien. Enfin, toujours figé, il commence à réaliser ce qui s'est passé : «Les choses sont revenues peu à peu, ma mémoire a fait comme un entonnoir», explique-t-il. Il sait qu'il a «brusquement planté sur les feins» au milieu d'un village. Laissant le moteur en marche, il est vivement sorti du véhicule et, s'y appuyant, a porté spontanément les mains à sa poitrine pour reprendre son souffle et ses esprits. Il a examiné ensuite l'arrière de l'auto, pensant qu'un feu descellé aurait pu l'abuser. Ce n'était pas le cas. Pas de traces non plus sur la peinture et la carrosserie, la boule avait traversé la matière sans dommage. Enfin, il ajoute : «Quelques kilomètres plus loin, je suis devenu tout à fait conscient de ce qui venait de m'arriver».

Choqué
Il avoue qu'il avait peur et qu'il n'osait ni monter dans sa voiture ni repartir, redoutant que la sphère reprenne sa poursuite. Il est tout de même arrivé chez lui où, choqué, il s'est effondré, jusqu'à pleurer, en contant l'aventure à son épouse qui l'a cru. Il ressentait des douleurs au dos et à la nuque et une immense fatigue. Il a très bien dormi, plus longuement qu'à son habitude.
Depuis, ce n'est plus le cas et «Paul» est extrêmement nerveux, angoissé. Il ressent le devoir de faire largement savoir ce qui lui est arrivé, arguant d'une force qui l'oblige à parler (c'est ce que Jimmy Guieu qualifie «d'induction psi»): c'est plus fort que lui. Mais après la séance d'hypnose, «Paul» sera d'accord de révéler son identité au public, «ce qui peut arriver alors m'étant indifférent», précise-t-il.

Un trou
Cette séance d'hypnose, il la veut parce que, prétend-il, elle rendra son récit crédible. De plus, il est curieux d'apprendre ce qui s'est exactement passé. Car, par rapport à son temps de trajet habituel, il y a un trou de huit à dix minutes qu'il ne s'explique pas.
Lorsqu'il a contacté Jimmy Guieu, la première question de celui-ci a été de savoir s'il avait été victime parfois d'hallucinations. La réponse étant négative, l'ufologue lui a demandé de chercher dans la presse, afin de savoir si des manifestations analogues avaient été rapportées dans la région, puis d'établir un rapport. C'est alors qu'il a lu l'article paru dans «24 HEURES», relatif à la formation d'un cratère à Begnins et au sujet duquel des personnes ont émis l'hypothèse d'une cause «extra-terrestre».
Cette aventure tracasse l'intéressé qui se sent contrait de la faire connaître, sous la pression d'une nervosité intérieure qui ne le quitte que quand il en parle. Il ressent à tout instant une présence invisible, qui ne le lâche pas d'une semelle, comme si elle le surveillait étroitement... - Guy Thébault
Source: 
24heures

Pas encore de compte? Inscrivez-vous!

Soutenez le projet en demandant un accès personnel. En plus d'assurer la pérennité du projet, vous bénéficierez de plein d'avantages.
> En savoir plus